Le NaNoWriMo… Cela fait quelques années que j’en entends parler, ici et là, sur internet, sur des sites ou dans des groupes d’auteurs. J’ai toujours pensé que ce n’était pas pour moi, et pourtant…

nanowrimo, en avant l'aventure

Mais déjà :

Qu’est-ce que le NaNoWriMo ?

Ce nom bizarre signifie National Novembre Writing Month : Mois de Novembre (inter)National d’Ecriture (ouuu la traduction qu’elle est jolie). Le principe ? Ecrire un roman en un mois. Ou plutôt, écrire 50 000 mots en un mois.

Le NaNoWriMo regroupe une communauté d’auteurs, en ligne, qui a grandi depuis sa création (1999) pour atteindre quelques centaines de milliers d’auteurs à travers le monde l’année dernière. Certains se regroupent dans la vraie vie, dans des retraites d’écriture, ou juste pour prendre des cafés pour se soutenir mutuellement. Certains se contentent de la communauté en ligne, forums, groupes facebooks (le groupe français est ICI).

Pour participer, il suffit de s’inscrire sur le site du NaNoWriMo, nanowrimo.org. On peut donner des détails et infos sur notre roman, y copier-coller notre texte au fur et à mesure de notre avancement chaque jour… Ou faire comme ce que j’ai prévu de faire : écrire dans mon coin, faire mes propres comptes de mots, et valider ma propre réussite (ou échec).

C’est une sorte de défi, de challenge, un marathon d’écriture.

Quel est l’intérêt du NaNoWriMo ?

Ecrire !

Donner la priorité à l’écriture, pendant un mois. Se donner un coup de pied aux fesses. Car l’écriture, le plus difficile, c’est souvent de simplement s’y mettre.

Ecrire sans avoir le temps de se relire, avec seul objectif d’aligner les mots, d’atteindre 50 000 mots, tant pis si c’est nul, tant pis si ça n’a ni queue ni tête… Pour avoir de la matière à retravailler. 50 000 mots, c’est un petit roman, qui sera à réécrire, probablement, du début à la fin. Mais au moins, c’est plus consistant, plus tangible, que plein d’idées super-géniallissimes dans la tête depuis des mois (des années ?) et aucune concrétisation.

Pourquoi est-ce que je me lance cette année ?

J’ai toujours pensé qu’avoir un objectif trop ambitieux d’écriture, en termes de nombre de mots par jour, était le meilleur moyen pour moi de ne rien écrire.

Au début de l’année, en période de bonnes résolutions, j’ai tout fièrement annoncé sur ce blog mon « objectif Ambitieux et Atteignable » d’écrire le premier jet de mon prochain livre, soit 75000 mots, avant fin 2017, soit 200 mots par jour. 

Euh…

Il a dû se passer un truc courant mi-février…

Bref.

Je tente une autre tactique. Le NaNoWriMo, donc. Il me restera décembre pour les 25000 mots restants…

Je vous conseille au passage cette vidéo culte sur la procrastination, à mourir de rire, je ne m’en lasse jamais (vous pouvez activer les sous-titres français avec le petit sigle en bas à droite) :

 

Concrètement…

Je ne conçois pas exactement comment je vais bien pouvoir m’y prendre… J’ai des projets pros en cours et des deadlines associées. J’ai un autre blog à entretenir. J’ai deux jeunes enfants… Mais en réalité, tout ça, c’est des excuses. Quand on veut trouver le temps, on peut. C’est juste une question de mettre l’écriture en premier… Chaque soir (en semaine), chaque matin (le week-end), couper internet, et écrire. Avant tout le reste. Et oui, même avant facebook :-o

Pour ce qui est des communautés, du site officiel du NaNoWriMo, je pense que ça va passer à la trappe. Déjà, me contenter de faire l’annonce sur mon blog, ça me parait pas mal comme engagement.

Je vous dis donc à dans 30 jours… Advienne que pourra ! Je suis très très curieuse de voir si je vais tenir, et si oui, comment !

Bon, j’ai réussi à écrire et publier cet article le 31 octobre avant minuit. C’est dire si j’y crois !

 

A lire aussi sur le sujet, sur le site Mécanismes d’histoires, l’article qui m’a motivée à me lancer cette année : 10 bonnes raisons de faire la nanowrimo cette année