Voici les deux outils qui m’aident (le mot est faible) à m’organiser pour écrire mon deuxième livre : Scrinever, et la méthode SMART.

1. Scrivener

Scrivener est un logiciel d’écriture qui a révolutionné mon petit monde d’écrivain… Croyez-le ou non, rigolez si vous êtes un auteur confirmé, mais depuis tout ce temps, je travaillais sur Word (Open Office, en fait, l’équivalent gratuit).

J’ai réussi à écrire et éditer mon premier roman Parfois l’Ange se tait, et à tenir deux blogs, en travaillant avec des centaines de fichiers .doc, c’est donc bien la preuve qu’écrire, et aller au bout de n’importe quel projet, n’est pas tant une question d’outils adaptés que de persévérance… Mais quand même. L’environnement, la fluidité, la simplicité, ça aide. Quand je pense à tout le temps que j’aurais pu éviter de perdre pour mon premier roman si j’avais travaillé avec Scrinever, j’en frémis…

Finis les cinquante fichiers de notes de brouillons de machins. Finis les sous-dossiers de sous-dossiers de sous-dossiers. Pour travailler, j’ai aujourd’hui trois fichiers Scrinever, qui regroupent l’ensemble de mes notes, idées, plans, inspirations, etc : un fichier pour mon blog d’écrivain (ici, donc), un pour mon blog sur la maternité, et un pour mon livre en cours d’écriture. Voilà. Ah oui, parce que pour mes blogs aussi, ça me change la vie !

J’écrirai peut-être un jour un article plus long sur Scrinever, peut-être, mais en attendant, voilà des vidéos d’introduction :

Les bases, en anglais :

Et pour ceux qui ne parlent pas anglais, voici la première vidéo d’une série de vidéos sur Scrivener sur MAC en français :

J’ai choisi Scrinever car je suis sur MAC, et ça semblait le mieux adapté d’après mes recherches sur internet. Scrinever est aussi disponible sur windows, ceci dit. Et d’autres logiciels d’écriture existent, par exemple Ywriter, qui si je ne m’abuse fonctionne sur le même principe. Scrinever est payant (avec une période d’essai gratuite de 30 jours), mais ça en vaut largement la peine pour moi, et Ywriter est gratuit. (Si vous en connaissez d’autres, partagez votre expérience dans les commentaires !)

Pas besoin d’être écrivain pour utiliser un logiciel d’écriture. C’est juste un outil fantastique de gestion d’écrits informatiques, quels qu’ils soient.

 

2. La méthode SMART

La méthode SMART est une méthode de management de projet simple. Difficile en effet de faire plus simple… Il s’agit, pour être sûr de mener à bien un projet, de faire tout simplement en sorte qu’il soit :

S : Spécifique
M : Mesurable
A : Ambitieux et Atteignable
R : Réaliste
T : Temporairement défini

Adapté à mon projet, ça donne :

Spécifique : Ecrire le premier jet de mon deuxième livre.
Mesurable : Je mesure en nombres de mots l’avancement.
Ambitieux et Atteignable : Premier jet fini avant fin 2017, avec comme objectif d’écrire 200 mots par jour, pour un total d’environ 75000 mots (ne faites pas le calcul, ça dépasse). Ecrire un livre en un an, c’est ambitieux pour moi et mon peu de temps libre, mais atteignable.
Réaliste : J’étais partie sur un objectif de 75000 mots avant le 30 avril 2017, ça donnait 670 mots par jour… C’était très ambitieux, mais absolument pas atteignable. Je n’aurais jamais tenu. J’ai revu mes ambitions à la baisse pour être sûre de tenir mes objectifs, quitte à revoir mes objectifs à la hausse si j’avance mieux que prévu.
Temporairement défini : Tous les mois je ferai un bilan de l’avancement. Première date butoire : avoir écrit 22400 mots et avoir une trame globale bien définie avant le 30 avril 2017. Dernière date butoire : 31 décembre 2017.

Je m’étais longtemps interdit d’avoir des objectifs en nombres de mots, préférant des objectifs de temps de travail (20 minutes par jour minimum, pour mon premier roman)… Mais ça marche super bien pour l’instant comme ça, c’est plus ambitieux tout en étant plus que réaliste, ça me pousse à vraiment avancer, et je ne vois aucune raison pour que ça s’arrête.

En plus, avec Scrinever, je peux me mettre des alertes qui me préviennent par un pop-up lorsque j’atteins le bon nombre de mots chaque jour. Et j’ai tellement hâââââte que ce livre soit écrit, pour le partager, que je ne souhaite pas trainer, je veux vraiment le finir avant la fin de l’année. Cette méthode me permet de ne pas me mettre la pression. J’apprécie beaucoup mon rendez-vous avec l’écriture de mon livre, tous les soirs, je vis mon objectif de 200 mots par jour non pas comme une contrainte, mais comme un engagement joyeux avec moi-même. Une fois mon fils endormi, je fais une courte séance de méditation, éventuellement je vais faire un peu de ménage dans mon salon (parce que mettre de l’ordre à l’extérieur me permet d’avoir les idées plus claires à l’intérieur), puis j’allume mon ordinateur, et avant de me connecter à internet, j’ouvre scrinever, et j’écris mes 200 mots (ou plus, ou parfois un peu moins, ça m’arrive aussi). C’est une règle d’or : j’écris AVANT d’aller sur internet… Parce qu’une fois sur internet, c’est foutu, je suis mentalement happée…

Ainsi, je profite mieux des moments où je n’écris pas, que je ne considère plus comme des « moments perdus », ça me laisse du temps de cerveau créatif à ne pas culpabiliser de “ne pas écrire mon livre”. Et après avoir écrit, il me reste en général assez de temps pour trainer sur Facebook, sur youtube, sur d’autres blogs, ou pour créer mes prochains articles et vidéos bien sûr :-)

À bientôt !

PS : Ah, et j’ai un bullet journal aussi, un autre outil qui ça me change la vie. J’y prends toutes mes notes dans la journée, absolument toutes. Des idées qui me viennent pour mes blogs ou pour mon livre. Mes listes de courses. Mes finances. Des personnes à contacter. Des idées pour le webdesign de mes sites… TOUT. Mon bullet journal est moche à souhait, rien à voir avec les merveilles d’illustrations que l’on peut trouver sur instagram et pinterest, et qui pourraient en décourager à utiliser cet outil. Regardez donc cette vidéo de Solange te parle, c’est elle qui m’a convertie :

PPS : Je tiens remercier A. du blog Sweet Flamant Rose, qui via son article de blog Ecrire un roman ? m’a fait découvrir le blog Les conseils d’écriture de Ponine, dans lequel j’ai découvert la méthode SMART.